123 cesarienne
Bienvenue sur le forum 123 césarienne
Vous pouvez des a présent vous inscrire
si cela n'est pas fait ou vous enregistrée si vous déjà membre de ce forum
Je vous remercie de votre visite et encore bienvenue sur 123 césarienne ces a vous maintenant de décidée de vous inscrire ou pas admin


Pour toutes celles et ceux qui se sentent concernés par la césarienne, qui ne se contentent pas d'entendre l'important c'est que la maman et le bébé aillent bien !!
 
AccueilS'enregistrerRechercherFAQConnexion

Ouvrir le tchat dans une popup.

Partagez | 
 

 Suites de césarienne qui se passent mal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
cocoamoureuse



Messages : 3
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/05/2013
Age : 40
Localisation : 74

MessageSujet: Suites de césarienne qui se passent mal   Dim 12 Mai - 0:16

Une césarienne bien compliquée à vivre, j'en garde un mauvais souvenir.
Mais surtout, je cherche des mamans qui ont vécu des suites aussi difficiles que moi pour m'aider à accepter tout ça.
Je raconte un peu?
Dès le lendemain, j'ai commencé à sentir que quelque chose n'allait pas. Dégoût devant la nourriture au premier jour. Ca a évolué, doucement, doucement. Des montées et chutes de température (jamais appréciées par les SF d'ailleurs) : je pouvais grelotter à en claquer des dents ou devoir me poster devant la fenêtre entre-ouverte (au mois de décembre!) dans le même quart d'heure. Je trouvais ma cicatrice chaude. Je demandais s'il était classique d'avoir un peu plus mal aujourd'hui qu'hier. J'ai commencé à vomir à chaque repas. L'allaitement ne se mettait pas en place.
Un matin, en prenant ma fille de son berceau au fauteuil pour lui donner la tétée, une douleur fulgurante dans le ventre. J'en ai hurlé puis j'ai donné à ma fille parce qu'elle passait avant tout et que, de toute façon, je ne pouvais pas me lever. Je n'ai pas fait cas mais je sentais un liquide sur moi. J'ai pensé naïvement que la couche fuyait.
Mon mari est enfin arrivé. Il a pris le relais pour un complément de bib. Pas de fuite de la couche. Tiens? Je me suis levée et là j'ai vu un liquide marronnasse sous le fauteuil. J'ai cherché sur moi, rien vers la culotte. J'ai appelé la SF. Elle m'a regardée, n'a rien vu, m'a dit qu'elle n'avait jamais vu ça et m'a envoyée me laver. Nous pensions que c'était une perte vaginale. C'est dans la salle de bain que j'ai vu dans le miroir! En soulevant mon ventre, là, ça coulait! Panique! j'ai rappelé, j'ai pleuré, j'ai appelé mon mari.
Les sage-femmes sont venues à deux parce qu'elles ne comprenaient pas ce qu'il se passait. On était au jour de ma sortie... Elles ont téléphoné à un médecin. Personne n'est venu et, par téléphone, il a dit qu'il fallait enlever les derniers points et me laisser sortir avec des soins infirmiers.
Là, j'ai craqué. J'ai appelé mon endocrinologue qui travaille dans cet hôpital pour lui demander de l'aide, des conseils. Ils m'a dit de ne pas sortir ainsi et qu'au besoin, il téléphonerait lui même aux sf. Finalement, les sage-femmes sont revenues avec une interne. Là, en regardant, elle s'est mise en colère. Ma cicatrice était infectée et avait explosé.
Je ne me souviens plus de tous les détails mais la gynéco de garde est venue. On a nettoyé la plaie (à vif). La gynéco a proposé de refaire des points sans anesthésie. J'ai pleuré qu'on ose me proposer cela alors qu'on venait de me faire des soins sur la plaie d'une douleur difficilement mesurable.
Je suis partie de la maternité le lendemain avec des mèches plantées dans la cicatrice et des soins infirmiers à la maison deux fois par jour.
Rentrée le mercredi, le jeudi je me rendais chez mon gynéco habituel pour lui demander de l'aide car j'avais trop mal. J'ai réussi à l'avoir au téléphone avant d'arriver. Il avait parlé à l'infirmière qui était venue refaire le pansement. Il m'a dit de retourner directement à l’hôpital. Là, aux urgences gynécologiques, j'ai revu la gyneco qui m'avait refait les points. Elle m'a réadmise pour une hospitalisation et une réopération de la cicatrice. Je n'ai pas pu être accueillie avec ma fille car c'était en chirurgie viscérale. Ensuite, après la deuxième opération, il a fallu subir des soins de pansements chaque jour, en revenant à l’hôpital, on m'avait posé un drain. Ca a été long, ça a été douloureux.
Pour conclure, outre les douleurs physiques, j'ai beaucoup souffert psychologiquement : ne pas être avec ma fille a été atroce. Je me suis imaginée que je pouvais ne plus être là et nous nous sommes beaucoup posé de questions avec mon mari : que ferait-il de notre fille si je venais à mourir? Aurait-il la force de se battre contre mes parents pour garder sa fille et tant d'autres questions.
J'ai besoin d'autres témoignages pour me montrer qu'on surmonte tout ça. Quelles solutions trouver pour ne pas en vouloir à la médecine et ses agents qui n'ont pas vu, pas entendu, pas reconnu ma douleur. Comment ne pas m'en vouloir de ne pas avoir réussi à me faire entendre? Non, je ne suis pas une douillette, et non je ne suis pas déprimée.
Et, maintenant, est-ce normal que j'ai encore mal au ventre et ailleurs?
Merci pour votre lecture attentive et empathique
Revenir en haut Aller en bas
Audri



Messages : 4
Réputation : 0
Date d'inscription : 07/08/2013
Age : 29
Localisation : Italie

MessageSujet: Re: Suites de césarienne qui se passent mal   Jeu 8 Aoû - 11:58

Je vois que le sujet a été publié il y a quelques temps mais je voudrais te répondre car moi aussi je suis passée par des choses similaires.

Un soir, une semaine après ma césarienne(3 jours après le retour à la maison) j'ai commencé à avoir de fortes douleurs type crampes avec de la fièvre à 39°C. J'appelle la mat, ils disent de venir en urgence. J'y vais et enchaine les échographies avec internes, medecins, professeurs.. personne ne compreds bien ce qu'il se passe. Je me tord de douleurs, ne peux pas m'empecher d'hurler à chaque crampe et ils finissent le lendemain matin par me donner.. un doliprane 1000.. qui evidement ne fait pas effet. Les infirmières m'engueulent car selon elles c'est juste une grippe intestinales et puis il faut que je me lève plus et que je marche plus. Un medecin me dit que j'aurait un scanner le lendemain. Là j'ai juste envie de tous les tuer.
Mes hurlements finissent par alerter le nouveau medecin de garde qui m'envoie faire un scan en urgence. Il s'agit de mes intestins qui sont super inflammés, toute la muqueuse a doublée de volume. Ils m'envoient en chir d'urgence ou je resterai en observation une semaine. Chaque jour on me dira que personne ne comprend ce qui m'arrive, que personne ne sait si ça s'améliorera, s'il faudra me réouvrir... j'ai aussi pensé à la mort et à qui aurait pu remplacer l'amour et la dévotion que seule une mère peut avoir pour son enfant.

Comme toi, j'ai accepté la douleur physique, mais pas d'avoir été séparée de mon bébé pendant si longtemps et j'ai toujours une rancœur envers ces soignants qui ne considéraient pas ma douleur.

Je suis toujours marquée par tout ça mais je vais de mieux en mieux grace à mon bébé. Elle a maintenant 2 mois, elle respire la vie et sa maman près d'elle. Je me dis que finalement c'est ça le plus important. J'ai un grand besoin de fusion avec ma fille et je crois qu'elle aussi, je ne sais pas si c'est du à notre séparation, mais j'aime croire que ça nous a permis d'avoir ce rapport si plein de tendresse, de calins, de bisous, de sourire (elle m'a fait son premier sourire quand elle avait 2 semaine et 3 jours!).

Toi comment te sens-tu maintenant?
Revenir en haut Aller en bas
 
Suites de césarienne qui se passent mal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
123 cesarienne :: LA CESARIENNE :: L APRES CESARIENNE-
Sauter vers: